Semaine 1 de 2023

Je n’imaginais absolument pas ce que cette première semaine de l’année allait me préparer. Je la pensais conforme aux autres, remplis de trucs somme toute très classiques. Mais… Mais ça ne s’est absolument pas passé comme ça. Et franchement, je ne comprends toujours pas pourquoi tout s’est détraqué autant en si peu de temps. Bref, une belle semaine de m**de comme j’en avait pas eu depuis longtemps..

lundi

Ça a débuté par beaucoup de travail. Enfin pas vraiment beaucoup plus de boulot que d’habitude, mais surtout une incapacité à m’organiser et à produire des trucs intéressants. Je m’y suis reprise plusieurs fois. Mais ça n’a pas suffi. Quand ça ne veut pas. Bref, ça ne commençait pas fort. Mais je me suis dit que c’était juste comme ça.

J’ai fini sous la couette avec un bon feu et un chat sur les genoux. Je me suis laissée absorber par le canapé. Je me suis dit que j’étais fatiguée.

D’ailleurs, je somnolais quand SuperMario est passé. Il n’y avait pas rando en raison de la pluie.

Fin de journée avec un besoin irrésistible de sucre. Il en restait du banofee. Encore un repas bien équilibré.

Bilan de la journée : ça sentait déjà le sapin, mais je ne m’en rendais pas encore compte.

mardi

Une matinée a erré par-ci, par-là. Comme un fantôme. Des gestes automatiques. En apnée. Entièrement tourné vers mon rendez-vous de l’après-midi avec le Dr F. J’avoue, je sentais bien que quelque chose clochait déjà. J’étais un peu fébrile. Enfin, un peu plus que d’habitude quand je vais voir le Dr F. 

C’est au moment où le Dr F m’a posé une question très précise et très personnelle que j’ai compris que ça n’allait pas le faire. Que ça allait même me mettre en vrac. Mais je me suis dit que j’étais forte maintenant, et que j’allais gérer. Que j’allais tenir la ligne. Que personne ne verrait rien. Et puis le coucher du soleil était très beau. C’était un signe, non ?

Arrêt rapide chez Cultura pour changer un truc. C’est fou, moi qui aimais tellement cet endroit, je n’y vais plus qu’en coup de vent. J’avais du temps. J’aurais pu en profiter pour flâner un peu. Ben non, je suis revenue à bride abattue m’échouer sur un canapé.

Où une bête m’attendait tranquillement.

Un peu de cuisine. De la très grande cuisine.

Et j’ai enfin fini l’écriture du résumé de la semaine dernière. Ç’a été long, poussif. Impossible de me concentrer longtemps. J’ai réécrit certains paragraphes plusieurs fois. Et la fébrilité post Dr F qui était devenu de l’agitation.

Autre source d’agitation, Jul reprenait le boulot de lendemain. Ça n’est pas grave en soit, toutes les vacances ont forcement une fin. Non, le problème est qu’il repartait en déplacement. Et ça, c’est encore une couche de m**de de plus. Parce que je fais la fière : « Mais non, tout va bien, je sais quand même bien m’occuper de moi-même enfin ! » Sauf qu’il faut bien que je me m’avoue les choses. Vivre seule est encore prématuré (ou impossible, mais pour ça je n’ai pas encore dit mon dernier mot).

mercredi

Le petit mot qui est bien tombé après une nuit bien bien pourrie.

Heureusement, c’était le Clan des Blondes ! J’en ai déjà parlé, mais être là avec les autres devant un bon thé, m’a permis de laisser la boule au fond de mon estomac pendant quelques heures. Certaines ont vu, elles me connaissent bien. D’autres pas et c’était très bien comme ça.

Passage rapide au supermarché d’en face pour acheter de quoi nourrir Hadès. Il va un peu mieux après plusieurs jours où il a refusé de manger ce que je lui proposais.

À mon retour à la maison, le brouillard semblait bien accroché. Il ne s’est pas levé de la journée. Ça n’a pas aidé à améliorer mon état.

Hadès est fan des nouveaux paniers à bois que Jul a fabriqués.

Un petit message qui fait très très plaisir. Mais alors très très plaisir.

Restait des patates. Il en restait tellement que je n’ai mangé presque que ça de toute la semaine. Juste comme ça ? Non, non, avec du fromage, des lardons… Bref, du gras et du salé.

Un peu d’intelligence dans mon cerveau qui tournait sans fin. L’avocat de Charlie Hebdo est venu présenter son dernier livre.  C’était hyper intéressant.

Je suis le compte de « Cartomancie et coup de boule » depuis un certain temps pour l’humour décalé de ces prédictions. Voici mon année 2023. Il y a plus cas.

Et la chimie a pris le relais pour que je dorme quelques heures.

jeudi

Rendez-vous à la première heure chez ma thérapeute. Évidemment, je suis arrivé avec ma bombe à retardement. Évidemment, on a travaillé sur le bordel. Évidemment, ça a secoué encore plus fort. L’image qui m’est venue, c’est vraiment que le Dr F avait enlever la croûte, et que là on avait beau nettoyer la plaie, ça saignait à gros bouillon. 

Je me suis « vidée de mon sang » toute la journée. Incapable de la moindre activité. Juste le minimum du minimum. Pas une larme. Pas une plainte. Rien. Je suis forte. Je suis en vrac, mais je suis forte. À ceux qui demandent, je dis que je suis en vrac, mais que ça passera. En même temps, si mon horoscope aussi le dit…

La semaine dernière, je m’étais endormi sur la fin de Top Gun. J’ai donc rattrapé mon retard. En réalité, c’était qu’il me manquait un bon tiers. Mon avis sur le film est le même. Trés bien.

Et sinon ? Rien, surtout rien…

Fin de journée, Raph est passé pour qu’on voit un truc administratif.

Et je me suis fait les 3 premiers opus des Tuches. Et j’ai à chaque fois bien aimé. C’est plein de leçons de vie. Les critiques qui enfoncent ce type de comédies douces et joyeuses me débectent.

Un paquet de chips avec ? Ah ben oui, il y a même eu bien pire.

vendredi

Il a bien fallu que je me remette devant mon écran. Le boulot ne va pas se faire tout seul. J’avoue que ça m’a coûté.

Mon amie la plus proche… Juste au-dessus de mon lavabo. Chaque matin, chaque soir. Elle n’est pas très bavarde.

Je me suis arrachée pour aller à la rando. L’équipe était au complet.

Ça m’a fait du bien. C’était nécessaire que j’aère le poil. Là aussi j’ai parlé d’autres choses et c’était parfait.

Une belle distance.

Jul est rentré en passant par chez JM et J. Il a ramené deux, trois trucs comestibles.

J’ai eu la fève. Incroyable.

Raph est passé pour un bisou. Ce pauvre Paddy n’aime pas mes câlins, mais ceux de Raph ou de Jul oui.

Vu ma tension, Jul a proposé l’apéro et même un « tiens, prends un coca ! ». Oh oui, la bonne idée !

Oui, oui, toujours mon horoscope.

Une nuit aussi pourrie que les autres. Paraît aussi que c’était la pleine lune.

samedi

Sommet de mon bordel sur les coups de 11h avec rendez-vous avec le Clan de la Crèche. J’arrive la première. Et au fond du café, le Loup et sa meute de hyènes. Pfff franchement, ce n’était pas le jour. Je n’avais pas envie (en même temps, je n’ai jamais cette envie-là). Mais alors vraiment pas envie de ça, la maintenant tout de suite. J’aurais pu changer de lieu (D me la proposer dès son arrivée), mais je voulais tenir tête. Heureusement, ça n’a pas duré très longtemps. Je me suis détendue ensuite. Mais franchement, la Vie, tu as décidé de me dire quoi là ?

Les copines ont été adorables et douces. On s’est mis à jour et il y avait du taf. On a fixé la prochaine date.

Alors pour le coup, là, ça a commencé à devenir compliquer. J’avais l’impression d’étouffer, de suffoquer. Le sentiment d’un horrible d’échec. Échouer alors qu’on ne fait rien, je ne vois pas bien comment c’est possible, mais c’est ainsi…

Et puis… J qui jouait les pompiers à distance, m’a demandé ce qu’il se passait vraiment (enfin, c’est comme ça que je l’ai compris), et j’ai mis noir sur blanc ce qui me bouffait de l’intérieur. Et bien, étrangement, ça m’a fait du bien de poser mon fardeau. Comme si cette horrible bulle qui m’écrasait depuis des jours se dégonflait d’un coup. Me laissant exsangue, épuisée et ridicule tant mes idées parasites n’avaient aucune raison d’être. J’ai ce recul à l’heure où j’écris ces mots. Mais croyez-moi ce n’était pas du tout le cas sur le moment.

En attendant, des trucs de samedi par vraiment passionnant, courses au Leclerc de Gaillac. Youhou !

À notre retour, Raph était en plein ménage.

Oh un cookie ! Trop tard, il y a plus de cookies.

dimanche

Réveil un peu douloureux, mais j’ai finis par sortir du lit. 

Jul a préparé le repas de midi, c’est rare que je lui délègue cette tâche. Mais là, j’avais tellement pas envie… Et il voulait me laisser des trucs tout prêts à manger pour que je ne me jette pas sur un paquet de chips ou pire encore.

Et fabrication de galette : il y avait concours avec le Clan des Voisins de St Sulpice.

Bon, elle était plutôt chouette ma galette et la garniture semblait au goût d’Orion. 

Et hop chez les potes. 5 galettes pour 10 personnes, tranquille ! 

Elles étaient toutes délicieuses.

Et j’ai adoré le lapinou de ma tasse de thé.

Chez L et F toute est harmonieux. Même le chat qui est assorti au canapé et la table basse.

On venait de rentrer quand Raph et E sont passés. Ils ont grignoté un bout de galette et oh la fève !

Et rangement. Et préparation de la semaine à venir. Et écriture de cet article. 

Et retour au clame dans ma tête. Pourquoi ? Comment ? Je ne sais pas vraiment. L’essentiel c’est que le sang ait coagulé et qu’une nouvelle croûte se soit formée. Oui, je sais, il y aura toujours la cicatrice dessous, mais ça aussi c’est la vie non ? Je ne fais pas de pronostic pour la suite. On verra bien, je ne veux pas me porter la poisse. 

Et vous votre première semaine de janvier ? Des hauts, des bas, des résolutions ? 

Je vous embrasse et à très vite.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s