Semaine 16 de 2022

Il s’est passé un truc étrange hier quand je me suis attaquée à la rédaction de cet article. J’étais chon-chon, mal foutue, de mauvaise humeur, vide d’énergie. J’avais même commencé par « Ce n’est pas la première fois que je constate le truc, mais mon humeur au moment où j’écris cet article influence ma perception des choses. C’est très normal, me direz-vous. Certes ! Pour le coup, au moment où j’écris ces lignes, je ne suis pas vraiment au mieux de forme, mais je vais essayer de ne pas plomber ce résumé parce qu’il ne le mérite pas. »… Dans la rue des 1000 parties, le Carnaval sauvage des voisins battait son plein… Et puis… Va falloir lire tout le résumé de la semaine pour savoir.

Lundi

Un lundi déguisé en dimanche et un lapin de Pâques qui dépose des œufs sur le bord de la fenêtre. C’est tellement chou ! 

Rédaction de l’article de la semaine dernière. Vous avez remarqué ? Cette semaine, je suis encore en retard…

J’ai toujours des difficultés de concentrations, tout me prend beaucoup de temps.

Alors en fin d’après-midi, direction chez Raph et Léa pour nourrir les bêtes.

C’est fou, ils nous attendaient.

J’ai croisé cet article de Beaux-Arts Magazine où Bilal parle du choc artistique qu’a été pour lui la visite de la Grotte de Lascaux. 

Alors, d’abord j’aime beaucoup le travail de Bilal donc sa parole m’intéressai, mais surtout ça m’a rappelé ma propre visite de la Grotte. 

Je n’y avais pas repensé depuis des lustres et tout est revenu. D’un coup. Le sas, le lavage des chaussures et la lourde porte. La température et l’humidité contrôlée. Le bruit des moteurs des climatiseurs. L’odeur. Et d’un coup, sortant de la pénombre, les fresques, leurs couleurs, l’abstraction et en même temps la précision des traits. Tout y était. 

Et puis tout au fond du diverticule axial, le silence absolu (les climatiseurs sont très loin, et on ne les entend plus) et devant moi, toutes proches (c’est étroit à cet endroit) les peintures ancestrales, les félins, les vaches et les chevaux. Et la bouffée d’émotion ressentie alors. Le temps qui s’abolit. Comme si j’étais derrière celui (ou celle ?) qui tient le bout de charbon et que je l’éclaire à la torche. 

Quel plaisir de ressentir de nouveau cette émotion ! Je ne savais pas qu’elle était toujours là.

Mardi

Bon, mes efforts payent. Doucement, mais sûrement et surtout sans violence.

Jul, toujours si organisé, est parti sans son sac de vêtements de travail. Comme quoi nul n’est parfait. Enfin, relativisons, il a quand même toujours une tenue de rechange dans sa voiture. Cet homme est la perfection même.

Un message de mon père « je peux venir déjeuner avec toi ? » Bien sûr ! Bon, le soleil et la chaleur avaient disparu, donc pas de terrasse, mais la pizza était bonne quand même.

Une balade dans Rabastens pour lui monter où Raph et Léa habitent. (non, ils n’habitent pas dans l’Église des Blancs mais juste derrière.)

Et puis, hop à l’attaque d’un nouveau pavé. Des idées très intéressantes que je vais mettre en pratique cette semaine.

Tours de lac.

Et en fin de journée, passage de Raph. Il avait des trucs à bricoler. Et c’est plus simple sur l’établi de Papa.

Pur essayer d’égayer mes apéro sans faire exploser le taux de sucre, je fais des essais. Bon pour l’instant, à part le Pulco…

Comme j’étais en train de faire à manger, je suis allée voir Raph dans le garage « Tu manges avec nous ? » Le menu a eu l’air de lui plaire…

Mercredi

Vu la météo…

Ben pas grand-chose. Je suis vraiment sensible au temps qu’il fait. Jul me disait même de surveiller la pression atmosphérique. Il y a sûrement des études sur le sujet, non ?

Et puis, un autre message de Raph : « j’ai fini tôt au CFA, je peux venir manger avec toi ? » Évidemment ! En fait, c’est rigolo, j’imaginai qu’il resterait chez lui tout le temps, qu’on le verrait peu. Mais en, fait pas du tout ! Il passe pour un oui, un non, un bricolage, un coup de main, emprunté une de nos voitures. Il reste un peu, beaucoup. Repart. Et ben franchement, moi j’adore ça !

Nous avons donc déjeuné ensemble. Non, les œufs, ce n’est pas mon assiette mais la sienne. Dessous, il y a du riz et Raph y a rajouté des lardons. Je pense que son plat « doudou » lui manque un peu.

J’ai fini la dernière saison de cette série espagnole. C’était bien, mais… Je pense qu’il est temps que ça s’arrête… Ça commence à sentir le réchauffer.

Je ne sais plus qui m’a que « Drôle » était bien. J’ai pas accroché…

Du coup, je me suis rabattue sur la lecture. Le Fred Vargas est terminé. J’ai vu arriver la fin à mi-bouquin…

Et j’ai commencé le Pourchet (j’avais tellement aimé Feu). Ce n’est pas simple à lire, mais le style est vraiment extraordinaire.

A. m’avait conseillé « En thérapie » et là pour le coup, j’ai vraiment accroché ! Et en plus, il y a plein d’épisodes. Ça va tenir un moment.

Parce que je ne voulais pas me coucher idiote, j’ai regardé le débat… Enfin, un bout du débat. En réalité, 1h du débat… Je n’ai pas tenu plus.

Jeudi

L’horoscope pour le mois de mai… Rien de très nouveau.

Câlin de chat pouilleux. L’état d’Hadès s’est vraiment dégradé pendant mon séjour au château. J’ai pris rendez-vous chez le Véto.

Oh ? De la couleur sur mes ongles ? Y avait longtemps !

Vendredi

Hadès chez le vétérinaire donc… En réalité, ce pauvre chat est diabétique !! Il va falloir le piquer à l’insuline tous les jours (voir 2 fois par jour, ce n’est pas encore fixé). 

Euh… C’est que je ne suis pas infirmière moi ! « Ben, tu vas apprendre à piquer ! Tous les élèves de 3e y arrivent, alors toi aussi ! » a dit mon pote véto.

Dej’ avec D. chez Pito à Busque. L’été, c’est fabuleux de se poser sur leur immense terrasse mais l’hiver, c’est sympa aussi dans la grange.

L’araignée de porc était très très bonne. La panna cotta à la poire aussi.
Et un moment avec D. est aussi toujours délicieux!

Pendant le repas, j’avais expliqué à D (orthophoniste de son état) que je galérai un peu à retrouver ma concentration et surtout ma notion du temps. Sur le chemin du retour, je me suis dit que ce blog allait pouvoir me donner des repères. J’ai donc relu tous les articles depuis le début de l’année. Et à la fin, je suis dit « Ah oui quand même ! ». 

Pendant ce temps, l’Homme au Grand Chapeau s’est attaqué au compost qui va se retrouver dans un autre coin du jardin.

Et ensuite ? Ben vendredi soir…

Samedi

Premier cours de piqûre… C’est plus impressionnant que difficile en réalité. Mon seul problème est que comme je tremble (à cause de mon nouveau traitement) ce n’est pas simple, il me faut beaucoup de concentration. Cette fois, Jul est venu avec moi.

Un thé sur un coin de table avant d’attaquer la suite. Il faisait moche. Je n’avais pas envie de grand-chose… 

Et Jul a bataillé toute la matinée avec K, F et C (qui n’est pas sur la photo). C’est les poules de nos voisins et elles ne s’appellent pas du tout comme ça. Mais, nous, on trouve que ça leur va bien. Parce qu’elles sont un peu envahissantes sur les bords. Alors quand elles mangent les limaces, ça nous va, mais quand elles attaquent la gamelle des chats ou qu’elles chient partout, ça nous fait moins rire. Et accessoirement, j’ai une « légère phobie » des volatiles et figurez-vous que les poules ont des ailes ! Incroyables non ?
Pour le coup, comme Jul brassait le compost, elles étaient comme des folles et il devait les pousser tout le temps pour par leur mettre de coup de pelle par inadvertance.

Et puis, ce qui avait été annoncé arriva… La pluie. Et pas une petite pluie douce et légère ! Non, non, la grosse pluie froide digne d’un mois de novembre.

Alors Jul a retravaillé un peu son projet.

Moi, j’ai traîné sur les réseaux sociaux.

Et puis on est parti faire quelques courses… Couverts avec nos gros manteaux d’hiver.

Jul était ravi, il a trouvé la Porche jaune qu’il convoitait. Et moi des rideaux pour ma chambre et ma salle de bain.

Il caillait tellement qu’on a fait du feu dans les poêles.

Mo père est passé avec une tarte tropézienne. Ça tombait bien, on avait acheté une tarte aux fraises.

Il a amené à Raph un aquarium monstrueux qui dormait dans sa cave depuis longtemps. La boite n’avait jamais été ouverte.

Raph a fait des recherches, le magasin d’ou il provient n’existe plus et les coupons de réduction qui étaient au fond de la boite, sont encore en francs. Il a beaucoup ri, mais il est ravi ! Il a fallu ensuite convaincre Léa de mettre un 3e aquarium dans l’appartement. Heureusement, c’est grand !

Un doux échange de message avec ma Coloc de Grotte du temps où j’allais au collège tous les jours.

Et dîner du soir… Comme j’étais un peu bof, aucune envie de cuisiner. Mais nous avions une bonne brioche… Alors ça a été petit déjeuner du soir. Oui, c’est possible !

Film du soir. Vu le casting, ça avait l’air très bien. Ben… Je ne peux pas vous dire… Je me suis lamentablement endormie. Je ressayerai.

Dimanche

Piqûre de chat… Je m’entraîne, je m’entraîne…

Encore des œufs cachés sur la fenêtre grâce au Pâques décalé des voisines. Ah ben oui, dans notre rue on fait Pâques, Noël et les autres fêtes quand ça nous va.

Et justement, en parlant de dates décalées, c’était le jour du Carnaval Sauvage de la Rue. Comme je ne suis pas équipée pour faire des bugnes, j’ai fait des cannelés.

Nous avons rempli notre devoir…

Et puis… Mon état ne s’était pas amélioré… J’avais lutté, lutté et lutté encore, mais plus d’énergie. Je me suis donc enfoncée dans le canapé pour ne plus en bouger. Toute déguisée.

Pendant que le cowboy fringant rejoignait les voisins.

Il m’envoyait des photos… Il y avait même un stand de Churros.

Mes cannelés ont eu l’air de plaire.

Et puis Alice a appelé. Ça m’a fait du bien de parler avec elle. Nous étions en ligne quand la fanfare a commencé à jouer.

Alors après avoir raccroché, j’ai mis mes chaussons rose et blanc et je les ai rejoints.

Et j’ai bien fait. C’était bien. Tout le monde avait joué le jeu. L’ambiance était bonne comme d’habitude.

J’ai fini par me détendre et entrer dans le jeu.

Une délégation costumée est partie en vélo pour voter. Dommage, si nous avions su, nous aurions attendu.
Ç’a vite été l’heure de l’apéro.

Et l’heure des résultats…

L’ambiance est restée douce. Oui, oui, je vous assure !

Vraiment douce.

Je suis contente d’avoir surmonté mon manque d’énergie et mon angoisse. Le week-end, la semaine se finit ainsi sereinement.

Pas vraiment de pronostic pour la semaine à venir, mais y a pas de raison, elle sera sympa, j’en suis sûre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s