Semaine 41 de 2022

Je ne sais pas ce qui s’est passé cette semaine. Une faille spacio-temporelle ? En tout cas, les 7 derniers jours sont passés à la vitesse de l’éclair. Mais tellement vite, que je n’en garde même pas le goût. Bien ? Pas bien ? Je ne sais pas trop. Pourtant, mon emploi du temps était loin de celui d’E. Borne. Et, je n’ai pas fui avec les jeux débiles de mon téléphone… Je ne sais pas… C’est comme ça. D’ailleurs, même Jul a dit « Pfff on est déjà vendredi et je n’ai rien vu passer ». Il a sûrement dû se passer un phénomène inexpliqué qui a modifié notre notion du temps. Quoi ?
Que dites-vous ? Nous sommes… Vieux ? Et on se souvient plus très bien ? Pffff, même pas je vous réponds.

Lundi

On commence classiquement par le résumé de la semaine passée.

Rando du lundi. Vraiment, avec le soleil c’est très agréable. Les paysages sont beaux et il y a plein de trucs à photographier. Au départ, je n’osais pas trop… Et le naturel revient toujours au galop. Alors, je dégaine souvent. Je crois que j’amuse mes les autres marcheuses avec ma manie de tout shooter.

Je fais en sorte de ne jamais les retarder (ça pourrait être agaçant). Comme je suis devant le plus souvent, même si je m’arrête, le groupe n’ai pas pénalisé. Au pire, je finis dernière et je remonte la file avant de stopper de nouveau.

Franchement, ça aurait dommage de ne pas garder la bouille de cette belle bête.

Bon, presque 10 km quand même ! Tu m’étonnes que je finisse toute rouge. (le temps donné ici inclut les pauses)

Belle surprise que cette orchidée. Padou et Madou me l’avaient offert lors de mon premier séjour au Château en 2017. Malgré mes soins, elle n’avait rien fait depuis. Et là, une fleuraison en mars dernier et une maintenant. Je suis trop fan !

Raph est passé me raconter sa première journée de boulot. Il voulait absolument intégrer une boîte qui le branchait depuis longtemps. Il y avait eu entretien, etc., etc., mais ça n’aboutissait pas. Il est donc entré par la porte de l’intérim. Avec un peu de chance, ça va marcher. On croise les doigts. C’est en bonne voie.

Il est venu chercher ses fringues aussi. Lavées, pliées…

Ah ! En parlant de quotidien, l’illustration parfaite d’un inventaire à la Prévert ou le tout et le rien se côtoie dans mon jardin.

Oh ?! Des moshis ?

Bon, je n’ai pas mangé que ça non plus… J’ai fait une courge spaghettis avec lardon, crème et fromage.

Mardi

Franchement, certains ont des réveils bien trop difficiles.

Comme je me suis levée tôt, une bonne matinée de boulot pour avancer.

Une robe, un peu de rouge à lèvres, mes lunettes de Drama italienne et zou, j’avais rendez-vous avec ma copine de terrasse que je n’avais pas vue depuis, très très très beaucoup trop longtemps.

Elle avait envie de manger chinois… Mais les nems se sont fait désirer.

Je vous la fais courte : elle n’avait plus d’essence, il a donc fallu en trouver. Je ne vous fais pas de dessin sur la quête du Graal actuel. En chemin, son tableau de bord s’est mis à clignoter comme un sapin de Noël. Et pour couronner le tout, le resto à Gaillac est fermé le mardi. 

Au final, on a trouvé de l’essence. Son fils est arrivé pour voir ce que la voiture avait, il nous a laissé la sienne. Et direction Toulouse pour les manger ces satanés nems !

Et l’on s’est mis à jour, y avait du job !

J’avoue qu’en rentrant, je n’étais plus vraiment étanche.

Le samedi matin au marché, Jul aime bien prendre un poulet qu’il fait cuire au BQQ. C’est très bon. C’est juste que je trouve qu’il ne se tient pas vraiment décemment ce poulet non ?

Mercredi

Aaaah le mercredi ! Le Clan des Blondes et ses discussions et ses sujets de fond. Nous bossons chaque fois un peu plus notre conscience écologique. Je pense qu’avant 2023, nous serons tous végétariens, aurons des toilettes sèches dans le jardin et adorerons le tofu. Ah non, pardon, le tofu ce n’est pas possible ! C’est trop dégueulasse.

Oh ?!? Plus de moschis ? Qui a mangé les moschis ?

J’ai fini Dahmer. Évidemment, j’ai adoré ! Pourtant la mise en scène est sombre et c’est une histoire vraie. Mais cette série est vraiment bien réussie. Il a un petit côté Dexter. J’adore.

Après-midi de boulot sur la terrasse.

Et… Pain perdu ! Cette fois, au lieu de laisser le pain pourrir sur le plan de travail, je l’ai jeté immédiatement dans un mélange sucre/lait/crème/œufs. Et paf, un goûter ! Raph, qui était passé par là, s’est régalé et est reparti avec un tupper pour son petit déjeuner.

Non non, moi je n’en ai pas mangé ! J’ai préféré les Croquants de Cordes que L a apporté à Jul pour le remercier de son aide pour la pose de son parquet. 

Jeudi

Quand ça commence par la livraison de tes mangues bio, la journée ne peut être que bonne non ?

En tout cas, j’ai eu de l’énergie pour bien avancer.

Dej’ avec la PrésiReine pour me remercier de quelques conseils. Elle y tenait. Moi, je tenais surtout à passer du temps avec elle. Coeur sur toi voisine.

Nous étions à la Dilettante et c’était très bien comme d’habitude. J’ai MÊME mangé le truc vert en haut à droite sur la photo que je soupçonnais d’être des épinards (je déteste les épinards) et qui s’est révélée être des feuilles de blette (ce qui est encore pire dans mon échelle de détestation). Heureusement, le cheese cake agrume a effacé tous souvenirs de l’attentat gustatif.

Sur les coups de 14h, rendez-vous avec S pour une possible collaboration. À suivre. J’avais fixé le rendez-vous à la Dilettante parce que c’était plus simple pour moi. Elle était ravie de découvrir le lieu. 

Pauvre petite chaussette orpheline qui a été oubliée par son humain. Va-t-elle fuguée avec les couvercles de Tupper ? Peut-être … Affaire à suivre. 

Vendredi

En tout cas, y en a un qui fugue pas…

Comment vous parlez de ma journée de la loose ? Rien n’a fonctionné ! Déjà, je me suis levée de travers. Alors, j’ai voulu mettre de la musique pour adoucir les mœurs. Sauf que mon téléphone refusait de fonctionner à partir du moment où il recevait une notification. Bon, j’ai donc allumé le téléviseur pour utiliser l’ampli. Mise à jour du décodeur, puis plus de pile dans la télécommande. Ok ok, je bascule sur mon ordi et… Mise à jour aussi. J’ai hurlé ! 

Et en plus, fallait que je fasse une lessive et le ménage…

J’ai fini échouée dans le canapé devant un repas tellement bien équilibré.

Je ne suis pas allée à la rando ? À ben non, parce qu’en plus il pleuvait. Quand je dis la journée de la loose.

Du coup, je me suis attaquée au Biopic sur Marylin. Je ne m’attendais pas à ça. Je pensais que c’était un documentaire en fait. Mais pas du tout et c’était très bien. Un autre angle de vision. Moins lisse, moins cliché. Vu le nombre de films qui trouve grâce à mes yeux en ce moment, c’est un exploit qu’il faut remarquer.

Visio avec Alice revenue de Grèce. Épuisée, mais ravie de son séjour et du travail accompli.

Attention, attention, en cuisine pour confectionner une *roulement de tambour* quiche ! Bravo moi, bravo moi, parce que vu la journée, j’étais à deux doigts d’annuler les festivités du soir.

Mais bon, c’était l’anniversaire de L du Clan des voisins St-Sulpiciens. Le plus dur a été de monter dans la voiture, le reste a coulé de source.

On n’était pas très nombreux, mais il y avait le Clan des Blondes (oui, oui, un Clan dans un Clan c’est possible). On a été sage niveau boisson. D’ailleurs, moi, je suis restée sans alcool. Par contre, on a chanté aussi, fort, très fort et mal pour moi, très mal (je continue pendant que personne ne se plaint).

Fin de soirée en forme de recommandation : Peut-être que le propriétaire de la maison presque dans le rond-point pourrait tailler sa haie, elle gêne les piétons. Ce qui bien sûr est une boutade.

À notre arrivée à la maison, c’était soirée pizza chez la PrésiReine et Mélania dont c’était l’anniversaire. On est passé les embrasser (c’était prévu). Pour le coup, eux n’avaient pas bu que de l’eau. Il y avait du Kas. La dernière fois que j’avais dû en boire, j’avais 25 ans… Pas de gin dedans cette fois. Et seulement ce goût affreusement sucré.

Bref, on était bien sous les guirlandes.

Y a même eu de la musique de sauvage, très sauvage.

M’en fout, j’ai fait de jolies photos. Et puis j’aime bien parfois la musique de sauvage très sauvage.

En allant me coucher, la grisaille de la journée s’était effacée. Le sommeil pouvait venir sans risque.

Samedi

Jul a ressemé un peu de gazon, histoire de remplacer l’herbe toute grillée. Ça vient, ça vient. C’est laborieux, mais ça vient.

Décidément, comme je me déteste sur les photos. Mais à un point…

Je suis à la recherche de fourrure pour faire un « truc » la semaine prochaine et Jul est allé faire le fond du placard à chaussure. Il a exhumé les chaussons d’Alice… Les pauvres partent en lambeaux… Mauvaise pioche.

Je cherche des photos aussi… Le Dieu des Enfers avant/après. C’est triste quand même. Enfin, moi ça me rend triste.

L’herbe a grillé, mais celle qui a survécu est vraiment haute alors, tondeuse.

Jul a installé les briquettes à l’angle de l’appentis. Je pense franchement qu’une fois la cabane terminée ce sera vraiment joli.

Une envie soudaine de crêpe ? Alors, crêpes. Avec ma nouvelle poêle qui va bien.

Et film pour manger avec. Pourtant, d’habitude j’aime bien Batman. Et cette relecture du mythe était saluée par la critique. Mais là, franchement… Ben non. Mais alors pas du tout ! Trop noir, trop glauque, trop lent. Dommage.

Dimanche

Matinée calme avec un chat câlin sur les genoux.

Vraiment tres câlin ce chat.

Et puis, poursuite des projets en cours. Jul a fixé les foraines.

Moi, je suis tombée sur des pépites.

Justement Raph parlons-en, il est venu faire une lessive.

Que j’ai fait sécher au grand air !

Comme cet événement est un non-événement quand même. c’est terrible d’être capable d’écrire sur ce truc qui n’a qu’un sens domestique. Je me fatigue moi-même.

En parlant de non-événement, tous les soirs je pense à prendre ces médicaments. Tous les soirs depuis 5 ans, je suis sage comme une image. J’avale docilement. Je suis tout à fait consciente que sans eux je serais complètement hors champ et même sûrement plus de ce monde. Toutefois, je me dis aussi que c’est loin d’être anodin cette histoire. Que mon corps doit vraiment être résistant pour supporter toutes ces saloperies que je m’envoie ! Parce qu’on ne me fasse pas croire que c’est complètement anodin. Que ça ne traite que la chimie de mon cerveau sans impacter le reste. D’ailleurs, les moustiques ne sont pas dupes, ils ne me piquent plus depuis que je suis traitée. C’est pratique certes. Mais à mon avis, à un moment d’autres surprises vont sortir du chapeau et elles seront peut-être moins rigolotes. Pas de panique, je n’ai pas du tout l’idée de stopper mon traitement, enfin stabilisé, mais voilà. Parfois, j’y pense et heureusement, j’oublie .

Juste avant de passer à table, une invasion de mites alimentaires. On a cherché partout, mais impossible de localiser la source. Jul a mis un piège à phéromones.

Avant de mettre la main sur ce bocal où je gardais du son d’avoine. A ben, je peux vous dire que ce n’était pas beau à voir ! J’espère que maintenant on va réussir à les éradiquer. C’est bien les trucs bio, mais y a des bestioles dedans et après on peu plus s’en débarrasser. Vous faites comment vous ?

Voilà, voilà, encore une semaine passée. Avec ses hauts et ses bas, ses tous et ses riens.

Une dernière chose, en épluchant mes albums photos, je me suis rendu compte que depuis plusieurs années je ne photographiais personnes à par mon mari et mes enfants. Un petit peu mes parents et mes frères et sœurs et encore le minimum vital. Je capte souvent un geste des mains, mais pas la globalité de la personne. C’est Jul qui un jour a dit dans une conversation qu’il n’y avait pas à s’inquiéter que je ne gardais qu’un « bout de ». Pourquoi je fais ça ? C’est plus facile et plus accepté de voler un geste qu’un être entier. C’est plus facile d’être dans l’instantané que de voler une âme. Et puis esthétiquement c’est intéressant. C’est plus simple aussi que de dire « non, mais ne t’inquiète pas, je ne te mettrai pas sur le blog, ou pire sur les réseaux ».
Et justement, j’ai réussi à comprendre d’où cela venait. Quand nous partions tous en équipe il y a longtemps, je faisais des milliers de photos que je partageais pour que chacun puisse avoir accès aux clichés le concernant et les utiliser. Sauf qu’un jour, j’ai été « grondé », j’avais fait une grosse bêtise, une photo où je n’étais pas seule avait été vue au-delà du cercle de l’Équipe (juste dans la communauté, pas dans le monde entier non-plus). Même si je comprends parfaitement les règles de droits à l’image et que je les respecte (justement, mes partages étaient cadrés pour éviter cela). La remontrance (l’engueulade en réalité) de ce jour-là a été comment dire ? Disproportionnée ? Comme à un gamin à qui on a tapé sur la main, je ne m’y suis plus risquée. Et comme je prends (prenais ?) toujours à la lettre l’avis des autres et bien… J’ai pratiquement arrêté avec le temps de faire ce type de photos. De beaux portraits. De belles photos de groupe. Mais le Grand Cataclysme et le temps sont passés et doucement je grandis. Je n’aurais jamais d être si docile dans ma façon d’être, même si une fois de plus le droit à l’image tout ça tout ça. En prenant conscience de cela, je vais être plus vigilante et je ne vais plus que prendre des petits morceaux des gens que j’aime. Promis, je garderai ces clichés pour moi, ce sera une façon de garder un bout de votre âme avec moi. 

À la semaine prochaine, des bisous doux.

Un commentaire

  1. Môman

    Super pour l’orchidée, c’est un signe, oui je sais un signe c’est pas ça… animal… grand cou… mais n’empêche je persiste et signe, c’est un signe important de renaissance.
    je t’embrasse fort fort❤❤❤

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s