Semaine 5 et 6 de 2022

Ah ben oui, Semaine 5 ET 6 ! Comme il n’y a pas eu de résumé la semaine dernière, vous avez droit à deux semaines d’un coup ! 

Je vous préviens tout de suite, ça a valsé un peu, c’est même un peu la grosse m… et ce n’est pas fini, fini… (teasing de malade) 

Lundi

Mon temps d’écran reste dans la norme.

Journée au bureau classique.

À la maison, un bureau aussi s’était installé. Comme sa maman était covidée et que Léa était en télétravail, elle a investi la Salle à manger.

Livres du soir, espoir. J’ai choisi du léger.

Mardi

Coworking du coup.

Les pauses sont sympas quand même.

Journée de travail un peu compliquée. J’étais fatiguée, avec une concentration de poisson rouge.

Pause de midi. Un conseil si vous regardez cette série, surtout surtout regardez la en VO. Parce que franchement, le doublage est à vomir ! Sinon, ça se regarde, ça ne fait pas de nœud au cerveau malgré les clichés.

Il a encore fallu que je me batte pour garder ma place au soleil.

Apéro chez ma copine de Transpi. Elle n’était pas très en forme. J’ai essayé de lui remonter le moral malgré ma fatigue de plus en plus importante. Évidemment, j’ai pris le train à l’aller.

En rentrant, visio du soir.

Mercredi

J’ai passé une nuit affreuse ! Fatigue intense, mal à la gorge, fièvre… J’ai bien cru que j’étais cuite ! J’ai donc fait un auto test… Mais non, je n’étais pas enceinte à priori.

Exceptionnellement, télétravail, j’avais rendez-vous chez le dentiste. Tout va bien.

J’ai fini comme j’ai pu… Mais franchement, ce n’était vraiment pas ça.

Jeudi

Encore une nuit terrible. Impossible de travailler. J’avais tellement mal à la gorge qu’il m’était impossible d’avaler ma salive. Alors, boire ou même manger quelque chose… Et cette fatigue… 

Pas de place chez le médecin, mais la secrétaire m’a quand même conseillé d’aller faire un test Covid. J’ai du allé au bout du monde, pas de place dans les pharmacies et autres centres de dépistage par ici. Ben, toujours pas enceinte donc.

Le reste de la journée ? En PLS sur le canapé…

Vendredi

48h sans boire… Ça commençait à être compliqué.

Enfin un rendez-vous chez le médecin. Le diagnostic est tombé : angine bactériologique (comme les enfants) ! Je n’avais jamais eu un truc comme ça ! Ah ben, je ne le souhaite à personne ! 

Retour sur le canapé, avec garde malade un peu collant.

Une exacte représentation de mon état.

Visio avec les enfants, histoire de me faire plaindre un peu.

Et film. Léger et agréable. De toute façon j’aurai pas pu faire mieux.

Samedi

Le week-end n’a pas été hyper productif. Je n’étais pas en état.

La MyLittleBox est arrivée. J’étais tellement à côté de mes pompes que j’ai même oublié de photographier le contenu. Pour tout avouer, je me souviens même plus ce qu’il y avait dedans.

Jul a eu pitié de moi. 80 h sans rien avaler… Il m’a fait de la compote. Petite cuillère par petite cuillère, j’ai réussi à finir mon bol. Les antibiotiques avaient quand même commencé à faire le job.

Film…

Et du saucisson pour se réconforter. C’est ma nourriture de base pour le moment. Pas varié, j’en conviens.

Dimanche

Réveil tard… Jul regardait les JO.

Avant ça, il était passé chez le pâtissier.

Ma fille a demandé des nouvelles.

Bref… Fin de semaine compliquée, ce qui explique que vous n’avez pas eu de résumé lundi dernier.

Film du soir. J’ai beaucoup aimé.

Lundi

Donc, pas d’article à 06h06…

Comme j’ai été malade, forcément chute (légère) de mon temps d’écran et du temps passé dans le bagnole.

Réveil compliqué… Sortir du lit a été difficile. Et puis, quand je suis fatiguée comme ça, j’ai la ligne de flottaison au ras des paupières. 

Parce qu’il ne faut pas se leurrer. J’ai beau me battre. M’arracher chaque matin pour mettre encore et encore un pied devant l’autre. Parce qu’avancer, coûte que coûte, franchement depuis plusieurs mois (5 longues années en réalité) c’est dur. Très dur. Et mon énergie décline. La dépression ne cède pas. Je suis fatiguée.

C’est dans ces conditions que j’ai eu mon rendez-vous mensuel avec le Dr F. Par téléphone. Parce qu’en plus d’être très douloureuse, l’angine bactérienne est hyper contagieuse. Bref, peut être à cause de la fatigue, peut être parce qu’il a su trouver les bons mots, le Dr F m’a convaincu de changer de traitement. 

Sauf que pour cela, il faut passer par la case hospitalisation… Cette fois, j’ai lâché. 

Je vais donc retourner au Château pendant quelque temps histoire de switcher entre les 2 molécules sans prendre de risque.

Il a fallu intégrer le truc. Et j’avoue que j’ai versé toutes les larmes que j’avais en stock, et je peux vous dire que je suis capable de beaucoup produire.

Après, j’ai tenté de faire diversion… Avec tout et surtout n’importe quoi…

Heureusement…

Mardi

Bon ben, maintenant que j’avais pris la décision, il fallait avancer.
J’ai bossé toute la journée en télétravail.
3 ème dose en suivant (nécessaire pour rentrer à la clinique).

En rentrant, Raph et Léa m’attendaient avec un bouquet de fleurs. C’est Jul qui les avait commandités. C’est que nous fêtions nos 32 ans de rencontres… Je vous laisse lire ce que j’en ai dit sur les réseaux sociaux. Franchement, ça a mis un peu de baume sur mon cœur gros.

Visio et remerciements.

Pour fêter ça, Raph a ouvert le jambon. J’avoue qu’il l’a super bien choisi cette fois, il est vraiment délicieux.

Un signe ? Cette très jolie orchidée m’a été offerte par Padou et Madou lors de mon 1er séjour au Château. Elle n’avait jamais refleurit…

Mercredi

Retour au bureau dans le froid matin.

Heureusement la température est montée dans la journée.

Il fallait aussi que je m’organise au boulot en vue de mon séjour au Château. J’ai donc expliqué le pourquoi du comment à mon coloc d’aquarium (depuis que nous avons déménagé, notre bureau n’est plus un grenier, mais un aquarium). Nous sommes suffisamment proches pour que je puisse lui confier mon secret (qui n’en est pas vraiment un) en toute confiance. Il a bien sûr compris et a été très soutenant. Je n’avais aucun doute, mais ça m’a fait du bien. Le dej’ au soleil m’a fait du bien.

On parle du prix du carburant ? Non… C’est pas la peine…

Je suis rentrée tard… Fatiguée (évidemment)… Un peu abattue… 

Devant la maison des voisins du bout, des vélos bien connus. J’ai donc envoyé un petit mot en guise de clin d’œil. J’ai reçu une réponse illico « Passe ! Come on ! ». Alors, le temps de poser mon sac et de donner à manger à la Meute et j’y suis allée. Autour d’une montagne de pizza, pendant quelques heures le nœud que j’ai dans la gorge, s’est dénoué.

Voilà l’explication !!

Jeudi

Télétravail…

La GambetteBox du mois. Les motifs sont vraiment jolis, surtout celui à poids.

J’ai fini par ouvrir les enveloppes qui traînaient sur la table depuis 2 jours. J’avais bien compris de quoi il s’agissait… Mais je n’arrivais pas me résoudre à l’évidence. Les paris étaient ouverts… Qui ? Combien ? 

Alors… Un pour moi ! Défaut de contrôle technique alors que ma voiture était sagement garée sur le parking un jour de télétravail… 
Un pour Jul, flashé à 91 km/h sur une route du coin qui à un tout petit tronçon à 80… Bref… 

J’en ai profité pour traiter l’administratif en attente. Histoire que tout soit ok pour que je puisse partir tranquille. Et puis, je suis sortie poster les enveloppes. J’ai bien essayé de faire des photos à la façon d’En La Luna mais j’ai suis pas arrivée… Quand ça veut pas…

Vendredi

À partir du moment où j’ai « avalé » mon hospitalisation, une espèce de fatigue (encore plus que d’habitude) m’est tombée sur les épaules. Enfin pas tout à fait une fatigue… Plutôt une lassitude ou une resignation…  Alors déjà que c’était difficile de sortir du lit avant ça… 

Dej’ avec mon collègue.

Retour long, long long…

Il était prévu qu’on croise K et SuperMario, mais entre leur covid, leurs obligations familiales, mon entrée au Château, les créneaux ont été difficiles à trouver. Alors dans l’urgence, on a improvisé un apéro du soir.

De ceux qui donnent de l’espoir… Qui réchauffent le cœur… 

Finalement, les photos floues ne se convoquent pas, elles arrivent quand elles sont prêtent. Et je pense que c’est bien comme ça.

Pour m’aider à me projeter, nous avons fixé la date pour un week-end prolongé en Provence. Maintenant, la terre peut s’effondrer… 

Samedi

Réveil bien trop tôt pour un samedi, pour emmener le Tank au contrôle technique. Jul avait négocié : « On va ensemble au CT et on fait le marché ensemble sur le chemin du retour. T’inquiètes à 8h, n’y a personne sur le marché ». Clairement, je n’avais pas assez dormi, mais la lumière était belle et c’était agréable d’être ensemble. Et effectivement… Y avait personne !

Un petit dej’ en rentrant.

Et puis… Clairement, j’étais au bout de ma vie. Un canapé et hop… Une autre nuit… Un paparazzi a immortalisé la scène. 

Je me suis vengée pendant la sieste… Avant de me rendormir… Encore… Dormir, dormir et dormir… L’axe de ma vie.

Jul a croisé le Grand R dans la matinée. Il nous a invités pour un imprévu et bienvenu apéro dînatoire. Il y avait bien entendu la Fée. Et c’était bien ! Il y avait tellement longtemps que nous ne nous étions pas vus. Il y avait aussi les Rabastinois d’en Haut. La discussion de fin de soirée a été vraiment intéressante. Merci pour ce partage.

Les gens que j’aime sont ma drogue dure… Je sais, je ne devrai être dépendante de personne, mais c’est ainsi. Surtout quand je suis si fragile.

Dimanche

Pas d’impératif, donc réveillé très tardif. J’espère au moins que le changement de traitement me permettra de moins dormir et de récupérer quelques heures de vie par jour.

Viennoiserie du matin. Soyons clairs, mon trouble alimentaire s’aggrave de jour en jour. Non seulement, je n’arrive plus a faire à manger, mais rien ne me fait envie et je finis irrémédiablement par ingurgiter n’importe quoi tant que c’est gras-sucré-salé… J’espère que mon séjour au Château résoudra ça aussi.

Mon lit est devenu le repaire d’Orion… Ça a l’air confortable…

Visio avec les Enfants.

Et hop, direction la maison des Rabastinois d’en Haut. Il y avait un anniversaire à fêter. Il y avait aussi leurs voisins. Encore un moment dans la douceur.

Parfois, les planètes d’alignent pour rendre la route plus douce. J’ai beau être engluer dans mon marasme, je sais les reconnaitre quand il sont là.
Et en parlant de douceur, le printemps arrive…

Tout va aller mieux maintenant… Tout va aller… Mieux…

En guise de conclusion, cet article sur « Pas besoin d’être exceptionnel pour ne pas être banale » qui m’a permis (un peu) de relativiser ce que je dépose ici… À méditer …

Et à suivre ! À la semaine prochaine. Je vous embrasse fort.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s